Skip to content

Candidature spontanée

Dorothée Fraleux
020A031

 

Claire Meynard
7, chemin du Pâturage d’été
69100 Villeurbanne

 

Obj : Candidature spontanée à l’attention de Madame Bérénice Coutelard

Chère Madame Coutelard,

Chiromancienne, hypnothérapeute (classique et Ericksonnienne) depuis plus de 20 ans, spécialiste des fleurs de Bach et de l’interprétation Jungienne du tarot de Marseille — forme classique exclusive–, fortement influencée par l’approche Jorodowskienne du principe d’interprétation et de la science herméneutique, je vous écris pour vous proposer mes services en tant que médium dans votre hôtel.

Résolument moderne dans mon approche de la clairvoyance, je plaide pour une pratique dépoussiérée et rajeunie des consultations. Trop longtemps, les voyantes ont été cantonnées au lourd maquillage au khôl, aux foulards brodés et ornés de petites médailles de la vierge Marie couvrant la chevelure et aux ongles ripolinés (je vous épargne les coûts de manucure nécessaires à une simple cristallomancie).

Moi-même, j’ai traversé cette tendance à la mise en scène avec un mélange de plaisir et de circonspection. Je ne le nie pas, j’ai profité de ma robe en satin bleu dos nu lors des séances d’hypnose collective, j’ai aimé les paillettes et le devant de la scène dans les salles des fêtes, le premier contact des adolescents (souvent très clivés, d’ailleurs, dans les campagnes françaises) avec leur propre inconscient et révélant sur scène le prénom de leur amour secret, j’ai aimé les explosions de sensualité, l’infirmière qui embrasse enfin son garagiste, le pompier qui se met à caresser son collègue au son de ma voix, l’auxiliaire de vie qui hurle son amour pour le bondage, le tout dans une transe collective très réjouissante. Je ne cherche pas à le cacher, pendant des années, la transe collective, pratique tombée en désuétude suite à l’avènement de l’hypnose Ericksonnienne, a pourtant été ma spécialité. Je le mentionne parce que vous pourriez le trouver sur google, si l’envie vous prenait de céder à cette manie très commune : sous le nom de Klara Futura (aujourd’hui, je ris de ce pseudonyme !), je détiens le record mondial de durée de transe collective dans la salle des fêtes de Courchevel en 1998. J’ai maintenu la salle sous hypnose pendant 27 heures, avec l’aide de ma pianiste. A nous deux, nous avons accompli près de 130 tournées en France et à l’international (Suisse et Belgique).

Suite à une crise personnelle, j’ai définitivement rompu avec ces pratiques pour me concentrer sur ce que j’appelle le médium de proximité. C’est donc sous mon propre nom, Claire Meynard que je reprends du service, simple et sans maquillage, un peu comme une éternelle étudiante de la vie encore ébouriffée par le bouillonnement des possibles que je sens dans la main que je tiens dans la mienne. Car je suis spécialisée en chiromancie : je lis l’histoire et le futur des vies dans la paume de la main. Tout comme les thérapies intégratives, je nourris ma pratique des tarots et de ma profonde connaissance de l’utilisation des fleurs de Bach. J’ai également des bases en astrologie  — mais je ne vous cache pas que l’aspect mathématique de cette discipline rebute mon esprit, ainsi que la simplicité des modèles psychologiques en jeu… Vous pourrez arguer, bien sûr, que l’astrologie vit au contraire de la puissance combinatoire de ces modèles, je le concède. Je ne veux sincèrement pas décrédibiliser mes collègues, astrologue est un travail qui plaît beaucoup, mais c’est surtout une discipline qui a su développer un attirail marketing particulièrement agressif et brutal, avec des liens directs avec la presse et la télévision… Tout de même, Madame Coutelard : un scorpion, un lion, un bélier, un crabe ! Qu’est-ce que ça peut évoquer ? Où est la poésie dans ce bestiaire ? Rien ne remplace la chaleur d’une main dans la sienne. Même si bien sûr, je sais m’adapter : je travaille aussi sur zoom, à partir de photos de paumes.

J’appartiens donc à la génération montante des médiums urbains (les spécialistes parlent de la Nouvelle Vague de la Clairvoyance, NVC). Je bois du cappuccino avec des dessins dans la mousse quand je suis en ville, je porte des chaussures en cuir de bambou, je travaille avec une startup pour développer un logiciel d’interprétation personnalisée, j’ai rasé mes cheveux au-dessus de mes oreilles, et pourtant, je reste experte en besoins psychiques simples : résolution des conflits amoureux, problèmes d’argent, angoisse existentielle, incertitudes professionnelles, placements boursiers…

Au milieu de cette vague NVC, je dirais que je suis une médium dans un rapport horizontal avec la verticalité, si je peux me permettre.

Chère Bérénice, je sais que les temps sont durs en ce moment. En vous écrivant cette lettre, j’ai eu un flash. J’ai senti beaucoup de détresse, beaucoup de dureté, comme si vous portiez une armure en acier de damas… J’ai senti aussi beaucoup de qualités et de forces. Bérénice, vous êtes surchargée, votre hôtel, votre famille… Vous êtes fatiguée. Vous avez besoin de repos. Bérénice, asseyez-vous confortablement dans votre Chesterfield, détendez votre nuque, votre visage. Tournez lentement la tête à droite, puis à gauche. Si on pouvait cartographier votre angoisse, Bérénice, on arriverait directement au bar de nuit. C’est le bar de nuit qui vous cause du souci. Je ressens avec force la présence d’une personne dont le nom commence par B. Autour de vous plane une trahison, il faut rester sur vos gardes, mais rien n’est joué, surtout si vous êtes bien conseillée. Bérénice, je vois pour vous une reconfiguration énergétique totale dans les mois à venir. C’est quelque chose qui va vous apporter beaucoup de joie. Je prends votre cas particulièrement à cœur. Je ressens rarement des flashs de cette intensité, pour vous donner une idée, une fois tous les deux ou trois ans. Je suis là pour vous aider, vous, vos clients, et in fine, votre hôtel.

Je vous propose une rémunération au prorata des heures passées. Il me semble que médium NVC permet d’englober toute une série de pratiques, mais si vous tenez à jouer la carte de la spécialisation, je suis prête à devenir la chiromancienne de votre hôtel avec un contrat d’exclusivité et me tiens à votre disposition pour en discuter de vive voix.

Bien cordialement,

Claire Meynard

PS : il me semble avoir lu que vous employiez une pianiste spécialiste des formes répétitives ? Par pure précaution, je me permets de vous demander d’éviter de mentionner, s’il vous le plait, le nom de Klara Futura auprès d’elle, ni d’ailleurs celui de Klervie Karac, et de Cler Evidenta.

Candidature spontanée

Dorothée Fraleux
020A031

 

Claire Meynard
7, chemin du Pâturage d’été
69100 Villeurbanne

 

Obj : Candidature spontanée à l’attention de Madame Bérénice Coutelard

Chère Madame Coutelard,

Chiromancienne, hypnothérapeute (classique et Ericksonnienne) depuis plus de 20 ans, spécialiste des fleurs de Bach et de l’interprétation Jungienne du tarot de Marseille — forme classique exclusive–, fortement influencée par l’approche Jorodowskienne du principe d’interprétation et de la science herméneutique, je vous écris pour vous proposer mes services en tant que médium dans votre hôtel.

Résolument moderne dans mon approche de la clairvoyance, je plaide pour une pratique dépoussiérée et rajeunie des consultations. Trop longtemps, les voyantes ont été cantonnées au lourd maquillage au khôl, aux foulards brodés et ornés de petites médailles de la vierge Marie couvrant la chevelure et aux ongles ripolinés (je vous épargne les coûts de manucure nécessaires à une simple cristallomancie).

Moi-même, j’ai traversé cette tendance à la mise en scène avec un mélange de plaisir et de circonspection. Je ne le nie pas, j’ai profité de ma robe en satin bleu dos nu lors des séances d’hypnose collective, j’ai aimé les paillettes et le devant de la scène dans les salles des fêtes, le premier contact des adolescents (souvent très clivés, d’ailleurs, dans les campagnes françaises) avec leur propre inconscient et révélant sur scène le prénom de leur amour secret, j’ai aimé les explosions de sensualité, l’infirmière qui embrasse enfin son garagiste, le pompier qui se met à caresser son collègue au son de ma voix, l’auxiliaire de vie qui hurle son amour pour le bondage, le tout dans une transe collective très réjouissante. Je ne cherche pas à le cacher, pendant des années, la transe collective, pratique tombée en désuétude suite à l’avènement de l’hypnose Ericksonnienne, a pourtant été ma spécialité. Je le mentionne parce que vous pourriez le trouver sur google, si l’envie vous prenait de céder à cette manie très commune : sous le nom de Klara Futura (aujourd’hui, je ris de ce pseudonyme !), je détiens le record mondial de durée de transe collective dans la salle des fêtes de Courchevel en 1998. J’ai maintenu la salle sous hypnose pendant 27 heures, avec l’aide de ma pianiste. A nous deux, nous avons accompli près de 130 tournées en France et à l’international (Suisse et Belgique).

Suite à une crise personnelle, j’ai définitivement rompu avec ces pratiques pour me concentrer sur ce que j’appelle le médium de proximité. C’est donc sous mon propre nom, Claire Meynard que je reprends du service, simple et sans maquillage, un peu comme une éternelle étudiante de la vie encore ébouriffée par le bouillonnement des possibles que je sens dans la main que je tiens dans la mienne. Car je suis spécialisée en chiromancie : je lis l’histoire et le futur des vies dans la paume de la main. Tout comme les thérapies intégratives, je nourris ma pratique des tarots et de ma profonde connaissance de l’utilisation des fleurs de Bach. J’ai également des bases en astrologie  — mais je ne vous cache pas que l’aspect mathématique de cette discipline rebute mon esprit, ainsi que la simplicité des modèles psychologiques en jeu… Vous pourrez arguer, bien sûr, que l’astrologie vit au contraire de la puissance combinatoire de ces modèles, je le concède. Je ne veux sincèrement pas décrédibiliser mes collègues, astrologue est un travail qui plaît beaucoup, mais c’est surtout une discipline qui a su développer un attirail marketing particulièrement agressif et brutal, avec des liens directs avec la presse et la télévision… Tout de même, Madame Coutelard : un scorpion, un lion, un bélier, un crabe ! Qu’est-ce que ça peut évoquer ? Où est la poésie dans ce bestiaire ? Rien ne remplace la chaleur d’une main dans la sienne. Même si bien sûr, je sais m’adapter : je travaille aussi sur zoom, à partir de photos de paumes.

J’appartiens donc à la génération montante des médiums urbains (les spécialistes parlent de la Nouvelle Vague de la Clairvoyance, NVC). Je bois du cappuccino avec des dessins dans la mousse quand je suis en ville, je porte des chaussures en cuir de bambou, je travaille avec une startup pour développer un logiciel d’interprétation personnalisée, j’ai rasé mes cheveux au-dessus de mes oreilles, et pourtant, je reste experte en besoins psychiques simples : résolution des conflits amoureux, problèmes d’argent, angoisse existentielle, incertitudes professionnelles, placements boursiers…

Au milieu de cette vague NVC, je dirais que je suis une médium dans un rapport horizontal avec la verticalité, si je peux me permettre.

Chère Bérénice, je sais que les temps sont durs en ce moment. En vous écrivant cette lettre, j’ai eu un flash. J’ai senti beaucoup de détresse, beaucoup de dureté, comme si vous portiez une armure en acier de damas… J’ai senti aussi beaucoup de qualités et de forces. Bérénice, vous êtes surchargée, votre hôtel, votre famille… Vous êtes fatiguée. Vous avez besoin de repos. Bérénice, asseyez-vous confortablement dans votre Chesterfield, détendez votre nuque, votre visage. Tournez lentement la tête à droite, puis à gauche. Si on pouvait cartographier votre angoisse, Bérénice, on arriverait directement au bar de nuit. C’est le bar de nuit qui vous cause du souci. Je ressens avec force la présence d’une personne dont le nom commence par B. Autour de vous plane une trahison, il faut rester sur vos gardes, mais rien n’est joué, surtout si vous êtes bien conseillée. Bérénice, je vois pour vous une reconfiguration énergétique totale dans les mois à venir. C’est quelque chose qui va vous apporter beaucoup de joie. Je prends votre cas particulièrement à cœur. Je ressens rarement des flashs de cette intensité, pour vous donner une idée, une fois tous les deux ou trois ans. Je suis là pour vous aider, vous, vos clients, et in fine, votre hôtel.

Je vous propose une rémunération au prorata des heures passées. Il me semble que médium NVC permet d’englober toute une série de pratiques, mais si vous tenez à jouer la carte de la spécialisation, je suis prête à devenir la chiromancienne de votre hôtel avec un contrat d’exclusivité et me tiens à votre disposition pour en discuter de vive voix.

Bien cordialement,

Claire Meynard

PS : il me semble avoir lu que vous employiez une pianiste spécialiste des formes répétitives ? Par pure précaution, je me permets de vous demander d’éviter de mentionner, s’il vous le plait, le nom de Klara Futura auprès d’elle, ni d’ailleurs celui de Klervie Karac, et de Cler Evidenta.